Growth hacking

C’est quoi le Growth Hacking ?

Vous avez certainement dû entendre parler du Growth Hacking ? Un mot plutôt difficile à prononcer, d’origine américaine et plus précisément de la Silicon Valley…

Définition du growth hacking

Le Growth Hacking est un concept importé des États-Unis. C’est surtout une façon de penser et d’agir. Il peut s’assimiler au marketing mis en place par les Start-up. L’ensemble des techniques utilisées ont pour unique but de faire croître rapidement, significativement et par tous les moyens, un business à l’aide de méthodes créatives et innovantes liées au développement web, au marketing et aux statistiques. Le Growth Hacking, s’appuie sur l’acronyme AARRR : Acquisition, Activation, Rétention, Referral et Revenu.

« Le Growth Hacking, avant d’être une multitude de connaissances et de compétences est avant tout un état d’esprit  – Maxime Salomon product marketer chez Algolia et co-fondateur de TheGrowthBakery »

10 exemples de growth hacking menés avec succès

De nombreuses start-up ont connu le succès grâce au growth hacking. Ces start-up sont devenus aujourd’hui des mastodontes.

1 – Hotmail : développer sa visibilité grâce aux mails envoyés par ses utilisateurs

logo HotmailC’est la toute première boîte mail électronique créée en 1996. En apposant, en bas de chaque mail envoyé, cette petite phrase « PS: I Love You. Get Your Free Email at Hotmail », l’entreprise a su capter de nouveaux utilisateurs et s’est offerte une campagne de pub gratuite. Après quelques temps, c’est la bagatelle de 3 000 nouveaux utilisateurs par jour qui s’inscrivent. Un an et demi plus tard, ils sont 12 millions.

2 – Dropbox : utiliser les personnes référentes pour encourager la conversion

Logo DropboxDropbox propose à ces utilisateurs d’obtenir gratuitement de l’espace de stockage supplémentaire à chaque fois qu’ils invitent de nouveaux utilisateurs et que ceux-ci s’inscrivent. Plus les utilisateurs invitent et plus ils sont récompensés. Dropbox utilise la technique du referal, la base de sa notoriété et de son succès d’aujourd’hui.

3 – Airbnb : hacker le fonctionnement et détourner le trafic d’un site d’annonce. Miser sur des photos de qualité

Logo AirbnbAirbnb a eu une double idée. Créée en 2008, l’entreprise peine à décoller. Les annonces postées sur Airbnb sont aussi publiées d’une façon automatisée sur Craiglist, l’équivalent d’un Leboncoin américain et redirigées ensuite vers Airbnb. L’entreprise réussit à capter et à hacker le trafic de ce site d’annonces. En même temps, elle mise aussi sur la qualité des photographies accompagnant les annonces. Airbnb met à la disposition des annonceurs, des photographes qui se déplacent gratuitement. Les photos mises en ligne sont très qualitatives. Elles convertissent beaucoup et cela incite de nouveaux annonceurs à venir chez Airbnb. L’été 2015, 17 millions de personnes ont fait appel aux services d’Airbnb pour trouver leur hébergement de vacances.

4 – Bunkr : ne pas hésiter à refaire 15 fois sa home page pour réussir

Logo BunkrBunkr, une alternative à Powerpoint permet de réaliser des présentations avec des contenus riches. Les dirigeants ont remarqué qu’en épurant de plus en plus leur home page et en enlevant des éléments sans doute pas nécessaires, le nombre d’utilisateurs inscrits devenait de plus en plus important. Bunkr a testé une quinzaine de home pages avant d’obtenir la bonne. Résultat : le taux de conversion monte en flèche.

5 – Pinterest : susciter l’envie d’utiliser le produit et vous faire passer pour une personne privilégiée

Logo PinterestFaire passer ses futurs utilisateurs pour des personnes VIP, c’est le pari lancé par les dirigeants de Pinterest. En proposant un système d’invitation pour les personnes qui souhaitent s’enregistrer, Pinterest cherche à provoquer le désir et à vous donner l’impression d’être un privilégié. Quelques jours plus tard, histoire de faire durer le plaisir, vous recevez un mail vous annonçant que vous pouvez rejoindre Pinterest. Le système d’invitation, une technique bien connue qui vous fait croire que seules quelques personnes privilégiées ont le droit de faire partie du sérail. Fin 2015, Pinterest compte plus de 100 millions d’utilisateurs.

6 – Twitter : utiliser l’analytique et la rétention pour augmenter le nombre de comptes actifs

Logo TwitterChez Twitter, on aime quand les gens s’inscrivent, mais on préfère quand ils sont actifs. Après avoir remarqué que les comptes dont le nombre de followers est inférieur à 20 deviennent très rapidement inactifs, une stratégie pour stimuler l’activité sur Twitter est mise en place. Pourquoi ne pas proposer une liste de personnes à suivre dès l’inscription ? Twitter teste et remarque que les utilisateurs deviennent dans ce contexte plus actifs. En pratiquant la rétention, Twitter a réussi à diminuer drastiquement le nombre de comptes inactifs et à obtenir le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Twitter, c’est 320 millions d’abonnés fin 2015.

7 – Instagram : être attentif et surveiller de près le feetback de ses utilisateurs

Logo InstagramInstagram est né d’une application appelé Burbn qui permettait de se géolocaliser, de préparer des sorties entre amis et de les partager par le biais de photos et de commentaires. Le système ne prend pas, il est trop compliqué et les fondateurs remarquent que les utilisateurs utilisent principalement le partage de photos et l’utilisation de filtres pour changer les ambiances. En se recentrant sur le partage des photos dans une application simple à utiliser, les fondateurs de Burbn ont créé Instagram. Le succès ne s’est pas fait attendre. Facebook rachète Instagram 1 milliard de dollars en 2012, seulement 18 mois après sa création.

8 – Apple : faire connaître sa marque gratuitement

apple-2-150 Un peu comme l’avait fait Hotmail, Apple place cette phrase “Envoyer de mon iphone” en signature de chaque email envoyé à l’aide d’un iPhone. Une bonne façon de faire connaître gratuitement la marque à tous ceux qui reçoivent le message.

9 – Spotify : utiliser les API pour s’intégrer dans les plateformes les plus populaires et développer sa base d’utilisateurs

Logo SpotifyIl fallait y penser. À partir de 2011, quand un utilisateur possédant un compte Facebook écoute un morceau de musique sur la plateforme Spotify, le message suivant “Je suis en train d’écouter ce morceau sur Spotify” est publié automatiquement et partagé à tous les contacts Facebook de la personne qui écoute Spotify. Une façon ingénieuse de faire connaître ses services…

10 – Klout : obliger les utilisateurs à se reconnecter en envoyant des notifications chaque fois que le score évolue

Logo KloutKlout, depuis 2008, permet en quelque sorte de mesurer son activité et son influence sur les réseaux sociaux. À chaque fois que le score d’un utilisateur évolue, Klout envoie une notification « See your score » sans en révéler le score. Bien sûr, en ne le donnant pas, les utilisateurs se connectent. La tentation est grande d’améliorer son score… et de revenir sur Klout.

Les qualités pour devenir growth hacker ?

Un growth hacker n’est pas là pour enfiler des perles, mais bien pour accélérer très rapidement le développement d’une start-up et de son business. Pour cela, il doit posséder de nombreuses qualités, croire absolument en ce qu’il fait et être passionné.

Une personne qui souhaiterait devenir growth hacker doit :

  • être centré sur la croissance, uniquement la croissance et ne penser qu’à ça,
  • avoir la capacité de voir plus loin et d’élargir sa vision en dehors des cadres existants,
  • savoir analyser,
  • être créatif, imaginatif, trouver les solutions pour tester ses hypothèses,
  • mettre en place des expériences jusqu’à ce qu’il trouve la ou les bonnes pistes,
  • ne pas s’appuyer sur ses convictions, mais sur des faits,
  • trouver des modes de développement innovants,
  • avoir de nombreuses compétences et avoir envie de les améliorer : développement, analytique, marketing, psychologie…
  • avoir une très bonne connaissance des technologies qui sont utilisées pour développer son produit ou ses services,
  • employer tous les moyens pour atteindre ses objectifs,
  • être passionné par ce qu’il fait,
  • être autonome et être capable d’exploiter au mieux les compétences des autres collaborateurs,
  • avoir de l’ambition,
  • avoir envie de réussir sans avoir peur de se tromper,

« Un Growth Hacker EST un marketeur avec un focus, des ressources et des challenges différents – Maxime Salomon product marketer chez Algolia et co-fondateur de TheGrowthBakery »

« Un Growth Hacker est quelqu’un qui est obsessionnellement centré sur la croissance et uniquement la croissance – Maxime Salomon product marketer chez Algolia et co-fondateur de TheGrowthBakery »

« Un Growth Hacker ne doit pas s’appuyer sur ses convictions mais sur des faits – Maxime Salomon product marketer chez Algolia et co-fondateur de TheGrowthBakery »

Le métier du growth hacker est vraiment une façon de penser. Il n’y a pas de recettes toutes faites pour réussir. Refaire ce qui a marché ailleurs peut être un échec. Être un growth hacker, c’est réellement un état d’esprit.

Sources :

http://blog.jeremyjoron.com/growth-hacking/10-exemples-de-growth-hacking-qui-ont-fait-le-succes-impressionnant-de-leur-start-up-51.html – 10 exemples de growth hacking qui ont fait le succès impressionnant de leur start-up
> www.growthacking.fr/growth-hacking-definition/ – Growth Hacking – Définition Simple
> www.dictionnaireduweb.com/growth-hacking/ – Growth hacking
> https://rslnmag.fr/jeunesse/aarrr-5-etapes-pour-developper-votre-start-up-comme-un-pirate/ AARRR ! 5 étapes pour développer votre start-up comme un pirate
> www.marketingmoderne.com/blog/growth-hacking-definition-et-explication/ – Growth hacking : définition et explication
> www.presse-citron.net/les-7-competences-cles-pour-devenir-growth-hacker/ – Les 7 compétences clés pour devenir Growth Hacker
> www.presse-citron.net/introduction-au-growth-hacking/ – Introduction au Growth Hacking

Auteur : Denis ALLARD

Denis ALLARD
Rédacteur Web sur le blog studiovitamine depuis 2009, j'ai pu mesurer l'évolution fulgurante du web, des nouvelles technologies, du e-commerce... Quand je n'écris pas pour le web, je me consacre à l'ergonomie, au référencement naturel et à la formation universitaire des futurs concepteurs de sites...

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *